Les repères sous-marins

 » La première fois que l’on a passé le Passage de Drake, je croyais vraiment qu’on allait tous y rester. Ce petit bout de mer, reliant l’océan Austral, le sud-est de l’océan Pacifique et la mer de Scotia, dans l’Atlantique Sud, n’as pas l’air de grand chose sur vos cartes ? C’est l’enfer. Ce sont les pires conditions maritimes du monde. J’ai prié l’océan nuit et jour pour notre survie : je ne voyais pas quoi faire d’autre pour mon équipage ! A peine avons nous pénétrer dans le Passage, que les courants contraires ont achevé un de nos propulseurs. Les sonars s’affolaient, et on y voyait pas à 100m, même à faible profondeur. Notre bâtiment était secoué comme une coquille de noix. Un cauchemar, un vrai. Croyez moi, on est bien dans le Pacifique « .

Frelik le Saint, Capitaine de l’Évangéliste.

 

 » – La mer de Barrentz est une des curiosités de notre monde. Situé en bordure de l’Alliance Polaire, elle constitue un environnement unique. Les eaux froides, denses et salées, s’enfoncent dans les abysses, et s’en vont pour leur grand voyage à travers les océans du Globes. Les courants sont, bien entendus, particulièrement atypiques, de même que la faune en ces lieux. L’endroit n’est pas particulièrement dangereux, si l’on prends certaines précautions.
– Et en langage militaire ?
– en langage militaire, les contrastes de densité forment de véritable mur à sonar : oubliez les ils ne servent à rien. On peut très facilement se dissimuler dans la masse d’eau qui plonge, et prendre l’ennemi imprudent par surprise. Les courants vous happent continuellement vers les profondeurs, alors vous avez intérêt à avoir un bon moteur, mais surtout, le plus important : L’alliance Polaire ignore tout ce que je viens de vous dire « .

Dr Etan Mayr, Agronome Oceanique.

 

Les Océans du globes ne se résument pas, comme le croit la plupart des gens , à six flaques d’eaux géantes.

Qu’est ce qu’un océan ? Beaucoup ignorent ne serait ce que la plus simple définition d’un océan – beaucoup oublient de mentionner le sixième.

Tout cela reste très scientifique, je veux bien l’accorder

Cela étant, « l’océan mondial » comme on l’appelle pour parler de l’océan regroupant l’Atlantique, du Pacifique, de l’Océan Indien et des Océans Arctique et Antarctique, est en fait composé d’innombrable mers, golfes, détroits, passages, fosses, et je ne sais quoi d’autre, tous ayant leurs propres fonctionnements.

A cela se superpose la géologie, qui n’est jamais en reste, et là, on parle de Bassins, de Prismes, de Talus, de Dorsales, de fans sous marin, de canyons, et d’innombrables choses qui demanderaient des heures pour être détaillées.

L’océan est vaste et multiple. Il n’est pas un : il est multitude. L’océan est a l’image des pays de l’ancien monde : composé de régions, de contrées, de plaines et de montagnes.

Et c’est un travail a plein temps que de les répertorier.

Laisser un commentaire