Les nations

« Je déteste les Coralliens, je les hais, je les vomis ! Leur bonne humeur, leur entrain ! On est tous en train de crever et eux ils organisent des matchs d’Aquaball ? Je te le dis moi, leur pays est certes magnifique, mais c’est un poison. Comme une drogue qui te love dans un rêve rose pastel pendant que ton cœur s’arrête ! Mais bon après, c’est vrai qu’on mange bien chez eux. Enfin, après ça, la fédération du Cap, ça va nous changer.
– C’est où, ça, la Fédération du Cap ? Y’en a plein des caps ?
– Pas loin de Bonne Espérance je crois.
– Et bien, ils ont qu’à espérer qu’on les trouve, sinon ils vont mourir de faim, c’est nous qui avons le ravitaillement « .

Marcus Bulsara et Fenwick Rodge, agents du G.S.I.

 

 » L’Organisation des Etats Sous Marin, nous représentons l’Organisation des Etats Sous Marin.
– Bien monsieur. Qu’est ce qui vous amène en Fédération du Cap ?
– Nous répondons à votre demande d’aide internationale. Nous apportons des vivres, de l’équipement et quelques bras.
– Quelle demande ? Nous n’avons rien demander a l’O.E.S.M ?  Vous êtes des Veilleurs ?
– Pas vraiment. Vous n’avez pas de problèmes pour maintenir votre station ?
– Non. Mais il y a un an et demi, nous vous avions effectivement demandé de l’aide. Maintenant, nous sommes dépeuplés. La plupart de nos habitants sont partis tenter leur chance dans la piraterie.
– Ah… Et bien, nous sommes là pour vous débarrasser de votre problème de pirates, alors ! « .

Marcus Bulsara en relation avec la Capitainerie de Pitcap.

 

On aurait pu croire qu’une catastrophe aurait fédéré l’humanité.

Seule et dans le désarroi, nous nous serions serré les coudes comme des frères, pour triompher de ce coup dur qui balaye tant des notres.

Et bien non, l’humanité, une fois sous l’onde amère, à reproduit ce qu’elle savait faire de mieux : se diviser.

Il existe une multitude de petites nations, pour seulement une poignée de grandes.

Sorti des fameuses Nations prospères – Ligue Rouge, République du Corail, Trident, Hégémonie, Alliance Polaire et Méditerranée, le reste de l’océan ressemble plus à un bazar vaguement organisé qu’à une véritable carte géopolitique.

Et la vie est dure, Nation où pas Nation.

Sûr, pour le citadin bien payé de Keryss ou d’Équinoxe, la vie est simple.

Mais pour les autres… c’est troc, bricolage et jus de moliette.

Et ce sont assurément les plus nombreuses.

Demandez a un habitant venue de Nouvelle Lemurie ou des Royaumes de l’Indus.
Il vous donnera surement un autre son de cloche.

Laisser un commentaire