Cartographie

 » – Je te le dis et je te le redis : on tourne en rond !
– MAIS NON ! On est perdu, mais on va tout droit « .

-Anonyme-

 

 » – Donc. Nous devons établir un plan de route valable. Des idées ?
– Je me demande comment on va passer le passage de Drake avec les hégémoniens aux fesses. Je pense qu’on devrait trouver un raccourci. Peut être en coupant par Amazonia ?
– Il faut éviter Ferlo en cette période de l’année. On va se retrouver en plein bloom printanier.
– On pourrait aussi passer par Panama ? C’est surveillé, mais je connais certaines passes de contrebandiers que l’on pourrait emprunter. Cela ferait uniquement quelque jours de voyages.
– Les hégémoniens maintiennent les blocus, sur Panama.
– Oui mais je connais des chemins de traverses. Je vais vous montrer « .

-Réunion de navigation, pont de l’escorteur Anaconda-

 

Dans l’Océan comme dans l’espace, les distances sont multipliées.

Et sans une bonne carte et un bon système de navigation, le voyage se transforme irrémédiablement en périple mortel.

Chaque capitaine de navire doit être à même de connaitre, de trouver, de calculer, de calibrer les itinéraires les plus sûrs et les plus rapides pour arriver à destination.

Il est clair que personne ne veux se perdre à Gibraltar, ou dans le Circumpolaire.

Avoir des cartes à jour est une nécessité absolue.

Pourvoir calculer précisément un temps de trajet, ou localiser une colonie, c’est avant tout une question de survie.

La panne signifiant la mort, vous avez vraiment intérêt de prendre le chemin le plus court.

L’enfer n’est pas fait de flamme. Il est coloré des reflets bleus noirs des abysses, une fois les moteurs en rade…

Laisser un commentaire